L'érosion côtière en Méditerranée

L'érosion côtière est un des plus importants problèmes socio-économiques et un défi pour les états et les autorités locales en Méditerranée. Qu'elle soit causée par des facteurs naturels ou anthropogéniques, l'érosion côtière est à l'origine d'importantes pertes économiques, de graves problèmes sociaux et d'une forte dégradation de l'environnement.


Le problème d'érosion peut avoir une influence sur des centaines de kilomètres du littoral (par exemple, dans les zones deltaiques) ainsi que des impacts transfrontaliers. Dans le cas de plages, elle peut avoir le caractère d'un phénomène local, n'affectant que les habitants de la ville voisine et/ou l'industrie touristique.

L'érosion côtière est définie comme perte de matériel (volume) côtier à long terme, en relation avec une ligne de référence déterminée et le volume initial s'étendant à partir de cette ligne vers la mer, au-dessus d'une donnée verticale arbitraire (Bosco, 1999). L'érosion côtière est toujours accompagnée du recul de la côte et de la perte de terrains. Le plus souvent, elle est jugée "critique" lorsque son taux, considéré en relation avec les facteurs économiques, industriels, de récréation, agricoles, de navigation, démographiques, écologiques et autres, indique qu'une action pour l'arrêter ou ralentir pourrait être "justifiée".

En Méditerranée, l'érosion côtière est un problème de longue date et de grande envergure autour des zones deltaiques, telles que le delta du Nil et du Po, et des deltas plus petits, par exemple en Albanie. Elle est également un problème majeur sur les plages municipales ou celles dans les centres touristiques le long de la côte septentrionale, avec une densité de population relativement plus élevée due aux mouvements migratoires à partir de l'arrière-pays vers la côte et au boom de l'industrie touristique. Il a été constaté dans le cadre du programme CORINE de l'UE, terminé en 1990, que plus de 40% des plages en France, Italie et Espagne étaient exposées à l'érosion. Suivant l'Atlas des plages italiennes (Fierro et Ivaldi, 2001), 27% des plages italiennes, soit 61% du littoral italien, sont en régression, 70% en équilibre et seulement 3% en progression.

Les Parties contractantes ont confié au PAP/CAR de traiter de ce problème dans le cadre de la GIZC en Méditerranée. Malgré l'existence de nombreuses autres approches et expériences plus sectorielles en la matiere, le PAP souhaite contribuer à une gestion plus rationnelle de l'érosion côtière, grâce à l'intégration de politiques de gestion influençant ce phénomene. Une réunion d'experts a été organisée par le PAP, les 10 et 11 janvier 2002, dans le but de discuter le problème de l'érosion côtière en Méditerranée et les actions concretes à entreprendre pour la combattre. Pour animer les discussions lors de cette réunion, un rapport de synthèse a été préparé par M. E. Özhan.

 

 

Bellaria, Littoral adriatigue du Nord (E. Pranzini)

 

Follonica, Italie (E. Pranzini)

Publications/Documents

 

Report of the Expert Meeting "Towards Mediterranean Regional Strategy on Coastal Erosion: Benefiting from the EUROSION Project" (Nicosia, March 16 - 17, 2006). Split: PAP/RAC. pp. 23

(Download CoastalErosion-Cyprus06-Report-1.pdf / 186kb)

 

Özhan, E. 2002. Coastal Erosion Management in the Mediterranean: An overview. Split: PAP/RAC. pp. 26.

(Download COASTAL EROSION IN MED Ozhan.doc / 254kb)

 

Expert meeting on coastal erosion (Split, January 10-11, 2002) REPORT Split: PAP/RAC. pp. 26.

(Download Coastal-erosion-01-02-Report-web.doc / 193kb)

 
 
 
UNEP MAP UNEP UNEP MAP

Content of this site, unless otherwise noted, © 2005-2017 Priority Actions Programme All Rights Reserved. v2.0.15 powered by IT laganini . org